La Liberté

Parmelin ne croit pas à une possible prospérité mondiale pour tous

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a fait remarquer que le commerce mondial avait permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté tout en estimant probablement impossible une prospérité pour tous les individus (archives). © KEYSTONE/ANTHONY ANEX
Le conseiller fédéral Guy Parmelin a fait remarquer que le commerce mondial avait permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté tout en estimant probablement impossible une prospérité pour tous les individus (archives). © KEYSTONE/ANTHONY ANEX
Le conseiller fédéral Guy Parmelin a fait remarquer que le commerce mondial avait permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté tout en estimant probablement impossible une prospérité pour tous les individus. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Le conseiller fédéral Guy Parmelin a fait remarquer que le commerce mondial avait permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté tout en estimant probablement impossible une prospérité pour tous les individus. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI


Publié le 12.06.2024


L'ONU s'est fixé il y a 60 ans, au moment du lancement de la CNUCED, l'objectif d'une "prospérité pour tous". Une "quasi-certitude que sa mission n'arrivera probablement jamais à son terme", a estimé mercredi le conseiller fédéral Guy Parmelin à Genève.

"Après 60 ans d'existence, il reste encore d'énormes défis à relever pour que les êtres humains puissent tous profiter du vaste potentiel de développement du commerce mondial", a-t-il affirmé au début d'une réunion de trois jours pour cette anniversaire. Même si la mondialisation et le commerce mondial ont permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté, selon lui.

Il salue les réformes que la secrétaire générale Rebeca Grynspan de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), désormais "ONU Commerce et développement", souhaite lancer. Cette nouvelle approche pourra être établie lors de la ministérielle de 2025, dit le conseiller fédéral.

Il salue les réformes que la secrétaire générale de la CNUCED Rebeca Grynspan souhaite lancer. Et d'appeler, au-delà du nouveau nom, à un "engagement concret". Cette nouvelle approche pourra être établie lors de la ministérielle de 2025, dit encore le conseiller fédéral.

"C'est ensemble que les Etats doivent mettre en place des cadres réglementaires viables", a insisté le chef du Département fédéral de l'économie, de la recherche et de la formation (DEFR). Tout en garantissant une croissance durable et un secteur privé robuste, a-t-il également ajouté.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11